Prix Chronos 2009

"Adieu, monsieur Câlin" a remporté le Prix Chronos Ce1-Ce2, en 2009

Quel bonheur que cette récompense pour ce délicieux album Adieu, Monsieur Câlin !
L’histoire de ce petit cochon d’Inde méritait bien de trouver son public !

Ce prix ne m’est pas destiné, puisque j’ai simplement adapté ce texte en français, mais je suis ravie pour toute l’équipe qui a accompagné ce livre en Suède et en France. Depuis l’auteur jusqu’au lecteur…
Et en leur nom à tous, je vous remercie du fond du cœur.
Ce Prix est la reconnaissance d’un travail collectif.

Monsieur Câlin m’a immédiatement séduite.
Et émue. On a beau être adulte, l’évocation de la vieillesse et de la mort n’est jamais anodine.
Alors, par respect pour le sujet traité et par respect pour le public de jeunes lecteurs que le livre toucherait, j’ai pris le temps de m’approprier les mots et les illustrations, de comprendre la vie de ce petit cochon d’Inde, de l’accompagner dans sa vieillesse, sa solitude et sa mort. Je l’ai vu allongé sur son lit de mort, entouré de ses fleurs préférées, j’ai assisté à ses funérailles, je lui ai dit "Adieu".
J’ai pris le temps.
Ensuite, j’ai pris la plume et j’ai écrit.
J’ai essayé de mettre beaucoup de tendresse dans mon adaptation, pour que la forme adoucisse le fond.

Car Adieu, Monsieur Câlin traite de la vie qui passe, de la route que nous suivons, jour après jour et qui nous mène de l’enfance à la vieillesse, de la naissance à la mort, de premier au dernier jour. Un chemin sur lequel chaque homme, chaque femme, chaque enfant chemine. À son rythme.

Voilà ce que raconte Monsieur Câlin à son lecteur de 5 ans, 7 ans, 9 ans… Rien de moins !

La littérature Jeunesse est audacieuse. Tous les thèmes peuvent être abordés.
C’est le lecteur ensuite qui exerce son choix
Il ne faut pas éviter de proposer aux enfants les sujets les plus sérieux, les plus "délicats" : la vie, la vieillesse, la mort, la maladie, le chagrin, le manque d’amour…
La vie est ce qu’elle est, faite de joies et de peines, et les enfants ne sont ni sourds, ni aveugles à ce qui les entoure.

À nous, les auteurs, les éditeurs, les illustrateurs, les prescripteurs de leur tendre la main et de leur proposer, à travers des fictions, des témoignages, des illustrations, une façon de s’approprier le monde. Dans sa globalité.

Je crois que Adieu, Monsieur Câlin fait partie de ces œuvres qui peuvent admirablement accompagner un enfant dans sa réflexion sur la vie.
Et c’est pour cette raison que je suis très fière d’avoir eu la chance de l’adapter ! Merci à vous !
Et que l’équipe du Prix Chronos continue de nous proposer, année après année, de beaux textes, comme celui-ci !

Véronique Delamarre, auteur – adaptation en français de Adieu Monsieur Câlin, Oskar Jeunesse, 2007
(PRIX CHRONOS DE LITTERATURE CE1-CE2 2009)